Comparatif et avis 2018 des meilleurs sièges autos

comparatif siege auto

Comment trouver le meilleur siège auto ?

Ahhhh ça y est, vous êtes papa ! Et vous êtes le plus heureux de tous. Beaucoup de galères, des nuits courtes et pas mal de bruit à la maison …. mais tellement d’amour !
Quand on devient Papa, on se pose beaucoup de questions sur l’éducation, les exemples à donner à son enfant, comment sera son futur ou encore l’aménagement de la chambre de bébé. Mais si il y a une chose qui vous obsède aussi beaucoup c’est “Comment choisir son siège auto ?”. Autant pour les question vu précédemment, vous aurez toujours l’avis de la maman. Autant pour cette dernière elle vous fait souvent comprendre que c’est à vous et à vous seul de vous en occuper. (je parle dans la majorité des cas bien sûr).

Vous de votre côté, vous désirez un siège auto qui soit fiable. Il faut que bébé soit maintenue en sécurité si un coup de frein un peu brusque venait à surgir. Vous voulez quelque chose de confortable afin que votre enfant puisse s’endormir lors des trajets les plus longs. Et bien sûr, il faut un siège auto qui aille aussi avec l’intérieur de votre voiture sans gâcher tout son esthétique et surtout, il faut que le siège auto que vous ramènerez plaise aussi à maman car sinon … (à vous de compléter sur les trois petits points) 🙂
Je vais donc faire tout mon possible afin que, via ce site internet comparatif des meilleurs sièges autos, vous puissiez vous faire votre propre avis en ayant les informations à connaitre et enfin choisir votre futur siège auto (ou plutôt celui de votre enfant)

Tableau comparatif 2018 des meilleurs :

  • Produit   
  • Avis   
  • Poids Maximum   
  • Cale-tête   
  • Système additionnel   
mycarsit-siege-auto-pas-cher

  • Mycarsit Siège Auto
    Groupe 0+/1 (de 0 à 18 kg)


  • ≈200 Avis


  • 18 Kg
  • Oui.
recaro young sport avis

  • Recaro Siège Auto
    Groupe 1, 2, 3 - Young Sport


  • ≈160 Avis


  • de 9 à 36Kg
  • Oui.
  • Absorbeurs de chocs / Pinces de cécurité brevetées / Mousse mémoire de forme / Système évolutif qui grandit avec l'enfant: 3 hauteurs en Groupe ECE I (9 à 18 kg) et 2 hauteurs en Groupe ECE II-III (15 à 36 Kg) / Harnais de sécurité 5 points en Groupe ECE I.

Nos 3 sièges auto coups de coeur

Siège auto MyCarsit etoiles-5

siege auto pas cher Généralement, tous les accessoires et tout le matériel pour bébé coûte cher. Heureusement, certains fabricants sont capables de proposer des produits pas chers et bien conçus. C’est le cas de ce siège-auto Mycarsit qui se vend très bien grâce à un prix de vente très bas, mais qui se montre tout à fait satisfaisant en terme de confort et de sécurité. Il est bien rembourré aux zones clé, et son harnais 5 points assure un bon maintien de l’enfant. Ce n’est pas un produit chinois, il est fabriqué en France et respecte parfaitement les normes européennes. On l’aime aussi beaucoup, parce qu’il est proposé en de nombreux coloris, et vous pourrez donc choisir votre couleur préférée. En terme de rapport qualité/prix, on ne trouve pas mieux !

etoiles-5Recaro Young Sport 

siege bebe comparatif prixCe superbe siège-auto séduit évidemment les papas avec son look de siège baquet de voiture de course. Les matériaux de fabrication sont au-dessus de la moyenne, les rembourrages denses et très confortables, et l’appui tête très pratique. Bébé se sentira forcément très bien dans ce petit fauteuil aux allures sportives. L’installation du fauteuil est simplifiée, il ne faut que quelques secondes pour le passer d’une voiture à une autre. Difficile donc de trouver des défauts à ce siège-auto qui va séduire les parents par son look et sa sécurité, et bébé par son confort.

etoiles-5Cybex Pallas 2-Fix

meilleur siege autoC’est un siège-auto haut de gamme, et il réunit à merveille toutes les qualités attendues pour un produit de ce genre. C’est le compromis parfait entre confort et sécurité. Le bouclier de protection ne gène pas l’enfant, bien au contraire, il le sécurise en cas de freinage brusque ou d’accident et il lui offre quelques appuis dont raffolent généralement les tout petits. La qualité de fabrication est réellement magnifique, avec des tissus de qualité agréable au toucher. Ce Cyber Pallas 2-Fix donne même envie aux parents de redevenir enfant pour se blottir à l’intérieur.

 

Comment bien choisir son siège auto

Le siège auto bébé est évidemment indispensable pour transporter un jeune enfant dans une voiture. Sans lui, votre petit bout se retrouve à la merci du moindre choc, et la ceinture de sécurité peut-être dangereuse pour ceux qui n’ont pas la taille adéquate. Quoi qu’il en soit, c’est la loi, et un enfant de moins de 10 ans doit être maintenu par un « système homologué de retenue ».

Le choix ne se fait pas au hasard, pas plus qu’en se souciant uniquement du design du siège auto. Il y a tout un tas de critères à contrôler pour commander le siège le mieux adapté à votre enfant. Voici donc un guide d’achat pour vous aider à choisir un siège auto bébé.

Choisir le bon groupe pour son siège auto

C’est la priorité ! Il y a des groupes qui correspondent à la taille et au poids des enfants. Ce classement est pensé pour proposer des sièges auto correctement adaptés à la morphologie de nos enfants, à différents moments de leur évolution. Ici, n’espérez pas faire des économies en prenant un siège trop grand pour gagner quelques années. Le siège doit être adapté à votre enfant à l’instant T ! Donc même s’il faudra probablement le remplacer dans quelques mois, vous devez choisir le siège auto adapté à la taille et au poids de votre enfant aujourd’hui.

Pour un nouveau-né, ou pour quelques enfants prématurés, on peut se tourner soit vers un siège auto de groupe 0, soit vers un siège coque de groupe 0+. Une nacelle est conseillée pour les petites promenades, car bébé sera bien mieux installé et plus à son aise que dans une coque de groupe 0+. En revanche, le siège groupe 0+ est bien plus solide et sécuritaire, et il sera conservé plus longtemps.

Quoi qu’il en soit, si vous faites le choix de la nacelle, il faudra ensuite passer à un siège auto de groupe 0+, quand la nacelle sera trop étroite pour votre bébé. En effet, votre enfant sera encore trop petit pour un siège du groupe 1, face à la route. À noter qu’on trouve désormais des sièges auto, encore assez rares, avec une norme i-Size, qui sont un très bon choix après la nacelle. Dans ce cas, l’enfant pourra rester dans son siège, dos à la route, jusqu’à 15 mois, voir plus.

 

comment choisir son siege auto

 

Les groupes : Définition

C’est la loi en vigueur R44-04, qui définit le classement par groupe des sièges auto. Il y a 5 groupes au total, avec des âges théorique, mais surtout un poids à respecter.

  • Groupe 0 : De la naissance jusqu’à 10 kg. Soit 18 mois environ.
  • Groupe 0+ : De la naissance jusqu’à 13 kg. Soit de 30 à 36 mois environ.
  • Groupe 1 : De 9 jusqu’à 18 kg. Soit de 1 an à 5 ou 6 ans.
  • Groupe 2 : De 15 jusqu’à 24 kg. Soit de 4 à 9 ans.
  • Groupe 3 : De 22 jusqu’à 36 kg. Soit 7-8 ans à 12 ans.

Pas de panique, il n’est pas forcément nécessaire d’acheter un nouveau siège à toutes les étapes de la prise de poids de notre bambin. En effet, la plupart des sièges auto vont couvrir plusieurs tranches de poids et font donc partie de plusieurs groupes en même temps. On trouve alors des sièges de groupe 0/1 et 0+/1, des sièges auto groupe 1/2/3 et d’autres de groupe 2/3.

Chaque groupe en détails

Le groupe 0 : Ce sont pour la plupart des nacelles auto, et on trouve quelques coques bébés, mais qui sont assez rares. Elles se place de manière parallèle au dossier de la banquette arrière, avec les pieds de l’enfant vers la portière, et la tête vers le centre de l’habitacle. Notez bien que certains pays européens interdisent la nacelle, renseignez-vous bien avant de quitter le territoire français.

La nacelle, tout comme le cosy sont plutôt pratiques, puisqu’on peut souvent les placer directement sur une poussette, et ainsi sortir facilement l’enfant de la voiture pour une petite balade. Ce n’est pas valable pour tous les modèles, alors vérifiez bien les possibilités avant de passer commande.

Le groupe 0+

Il s’agit de coques bébé qu’on nomme cosy la plupart du temps. Le cosy se place uniquement dos à la route, et est considéré comme particulièrement sécuritaires. Moins pratique que la nacelle, et parfois moins confortable pour l’enfant, mais recommandé pour des questions de sécurité, dès la naissance, et aussi longtemps que possible.

Les groupes 0+/1

Il y a 3 formats différents pour ce type de fauteuil bébé. On trouve donc :

La version dos à la route uniquement, jusqu’à 18 kg
Le modèle dos route durable mais modulable, utilisable face à la route à partir de 9 kg, et jusqu’à 18 kg
Le siège auto dos route limité, qui ne supporte pas plus de 13 kg, et qu’on peut utiliser face à la route à partir de 9 kg

Le groupe 1 et groupe 1/2/3

Ce type de siège auto ne se place que face à la route. Ils peuvent être munis de différents types de protection, soit un système de harnais, soit un bouclier qui retient l’enfant. Un siège de groupe 1 sera utilisable jusqu’à 18 kg, alors qu’un siège auto de groupe 1/2/3 pourra être conservé bien plus longtemps, jusqu’à 36 kg.

Le groupe 2/3

On les place dans la catégorie des rehausseurs, et ils existent avec ou sans dossier. Ils permettent à l’enfant de gagner un peu en autonomie et de s’asseoir comme les grands, en utilisant la ceinture de sécurité.

Notre conseil

Évitez les sièges trop évolutifs. Dans l’idéal, on utilise 3 sièges pendant l’évolution en taille et en poids de notre enfant. Il y aura un siège bébé, puis un siège enfant, et enfin un siège de grand. Les sièges évolutifs n’apportent pas toujours un niveau de sécurité convenable à tous les groupes d’âge. C’est tout aussi vrai pour le confort.

Un siège 1/2/3 sera parfois très bien pour les tout petits, mais un peu étroit à partir de 20 kg. Enfin, certains fabricants proposent désormais des sièges 0/1/2/3. C’est super, cela permet de n’acheter qu’un seul siège, de la naissance jusqu’à 12 ans… Cependant, on est très souvent déçu au moment de l’utilisation. Le siège sera souvent peu pratique à plusieurs étapes de l’évolution de l’enfant. Nous déconseillons donc ce type de siège auto.

 

 

Quand changer de siège auto ?

Le moment pour passer à un siège auto d’un groupe supérieur n’est pas toujours simple à trouver pour les parents. On entend souvent papa ou maman dire que leur petit bout à avoir les jambes qui dépassent. Pourtant, il faut savoir que ce n’est pas dangereux, et qu’on ne considère pas cela comme un critère pour décider de remplacer un siège auto. Alors comment savoir ?

La taille est moins importante que le poids. Il ne faut évidemment jamais que le poids de l’enfant dépasse le poids autorisé, car la sécurité ne serait plus optimale.

Il faut ensuite vérifier comment se place la tête de votre enfant sans le siège. Pour un cosy, on arrêtera de l’utiliser lorsque la tête de l’enfant va dépasser du bord supérieur de la coque. Pour un siège auto de groupe 1, 2 ou 3, on passe à une catégorie supérieure quand les yeux du petit monstre arrivent à la hauteur de l’appui-tête du siège.

Enfin, il faut aussi contrôler le harnais de sécurité. Pour un siège dos à la route, il doit être à la hauteur de l’épaule ou à peine en dessous. Pour un siège face à la route, il doit être à la hauteur de l’épaule ou à peine au-dessus. Lorsque le harnais est réglé au maximum, et que vous voyez que ça n’est plus correctement adapté, alors il sera temps de remplacer le siège auto.

Attention de ne pas aller trop vite !

Il ne faut pas attendre trop longtemps pour passer au siège de catégorie supérieure, mais il ne faut pas non plus être trop pressé. En effet, votre enfant ne sera pas en sécurité si le siège est trop grand pour lui. C’est d’autant plus vrai pour les tout petits, qu’on va chercher à laisser dans un cosy aussi longtemps que possible. Pas besoin de remplacer le siège dès qu’il fait 9 kg, attendez un kilo de plus.

Pour les plus grands, la loi vous autorise à placer un enfant de 15 kg dans un siège auto de groupe 2/3. Il est cependant conseillé d’attendre que bébé fasse 18 kg et de profiter au maximum du siège auto précédent. Évidemment, cela dépend de la taille de l’enfant, du placement de sa tête et du harnais, comme expliqué juste au-dessus.

FAQ : Toutes les questions qu’on se pose pour bien choisir son siège auto

Nacelle ou cosy, à la naissance ?

Nous aurions tendance à préférer la coque (cosy) plutôt que la nacelle, tout simplement pour des raisons de sécurité. En effet, une nacelle offre un excellent confort à l’enfant, mais elle ne le maintient que très peu. Elle se place parallèlement à la banquette, ce qui est mauvais pour la nuque de l’enfant lors d’un choc.

Il suffit de vérifier les résultats obtenus dans les crash-tests pour comprendre que la sécurité n’est clairement pas exceptionnelle dans une nacelle. Quelques modèles équipés d’un harnais 3 points ont cela dit des résultats convenables.

Le cosy est mauvais pour le dos de l’enfant ?

Une idée reçue circule, expliquant que le cosy serait très mauvais pour le dos de l’enfant, et qu’il pourrait causer des problèmes au niveau des cervicales. En effet, il est conseillé de ne pas laisser un enfant plus 1 heure et demi à 2 heures dans un cosy. Ce n’est pas une poussette, ni un transat et on ne peut donc pas l’utiliser de la sorte.

Cependant, il n’y a aucun danger pour un enfant qui voyagerait 5, 6 ou même 10 heures dans cette position, une ou deux fois dans l’année ou même dans le mois. C’est simplement qu’il ne faut pas utiliser le cosy comme un transat et laisser bébé plusieurs heures à l’intérieur chaque jour.

Vous n’avez donc aucune raison d’annuler un voyage ou de culpabiliser après un long trajet. Vous pouvez occasionnellement laisser bébé dans son cosy pendant 4 ou 5 heures d’affilées. Essayez tout de même de faire une pose de temps en temps, c’est aussi important pour vous que pour votre enfant.

 

cosy pas cher

 

Cosy ou siège auto multi-groupe évolutif dès la naissance ?

Je ne peux que vous conseiller le cosy à la naissance. Un siège auto multi-groupe n’est jamais complètement inclinable. Du coup, même s’il est homologué dès la naissance, il n’est pas vraiment adapté. Si bébé est assis alors qu’il n’a pas la force pour se tenir droit, alors il sera forcément très mal installé, tassé, avec la tête qui va tomber facilement d’un côté à l’autre. Quelques modèles possèdent une bonne inclinaison, mais ils sont assez rares. Au moins jusqu’à 8 à 10 mois, je pense qu’il est préférable d’utiliser un cosy.

Ne craignez pas que bébé soit trop confiné dans son cosy, au contraire. On peut prendre l’exemple d’une formule 1, le pilote est lui aussi moulé dans son siège. C’est idéal pour la sécurité, afin d’absorber au maximum les chocs.

Enfin, le cosy est tout de même bien plus pratique pour les tout petits. On peut laisser l’enfant à l’intérieur lorsqu’il dort et clipser le cosy sur une poussette. Il ne faut simplement pas oublier qu’il s’agit d’un siège auto, et que bébé ne doit pas passer ses journées à l’intérieur.

Siège auto harnais ou bouclier ?

C’est un débat qui fait rage depuis plusieurs années déjà, et je n’ai pas forcément de réponse ferme à vous apporter. En effet, il y a des bons arguments dans les deux camps. Face à la route, il semblerait que le bouclier remporte quelques points, puisque l’enfant bien s’enrouler autour du bouclier lors d’un impact, ce qui évite que seule la tête soit projetée vers l’avant au moment du choc, ce qui est le cas avec le harnais, lors d’une collision frontale.

D’après un rapport du German Federal Highway Researches Institute, le bouclier n’a que très peu de chance d’être mal installé, à la différence du harnais qui serait plus complexe à mettre en place correctement. Pourtant, la mise en place est plus pratique avec un harnais…

Dos à la route ou face à la route

C’est une question à mon avis bien plus pertinente que celle de la technologie de protection. Très clairement ici, on peut vous assurer qu’il faut que votre enfant voyage dos à la route le plus longtemps possible. Au moins jusqu’à 4 ans, laisser son enfant dos à la route est une bonne chose. En effet, c’est vers cet âge-là que le cou gagne en robustesse et qu’un choc peut être mieux absorbé.

Quelques chiffres très simples suffisent à expliquer pourquoi un enfant est plus en sécurité face à la route. Tout d’abord, environ 80 % des accidents sont des collisions frontales. Et lors de ce type de collision, à seulement 50 km/h, la violence de l’impact est proche de celle d’une chute de 3 étages.

Ainsi, face à la route, le poids exercé sur la nuque est de 300 kg. En revanche, le poids exercé sur la nuque n’est que de 50 kg lorsque bébé est dos à la route. En effet, la tête est alors poussée au fond du fauteuil, et ce dernier amorti le choc, alors que vers l’avant, la tête est projetée dans être stoppée.

Quel siège auto est compatible avec ma voiture ?

Généralement, aussi bien les fabricants de siège auto que les fabricants de voitures, font en sorte d’être compatibles ensemble. Vous pouvez donc jeter un œil sur la fiche technique du siège auto, sur le site du fabricant. Il doit fournir une liste de voitures compatibles. Cependant, il n’y a que les voitures qui ont été testées, et ce n’est pas parce que la votre n’apparaît pas, qu’elle n’est pas compatible.

Vous pouvez également contrôler la notice de votre voiture. Elle va forcément contenir des éléments importants sur la taille maximale d’un siège auto, la possibilité ou non d’annuler l’airbag sur le siège passager avant, ou encore le fait de pouvoir ou non, installer une jambe de force pour le siège auto.

Siège auto Isofix, c’est quoi ?

Tous les véhicules construits depuis 2011 possèdent obligatoirement une fixation Isofix. De ce fait, de très nombreux sièges auto sont également munis de cette fixation. Cela permet à la plupart des sièges auto d’être compatible à la plupart des véhicules. Il s’agit tout simplement de deux crochets à l’arrière du siège auto, qui viennent se placer sur des attaches Isofix entre le dossier et l’assise de la banquette d’une automobile.

Un siège Isofix est souvent compatible uniquement avec la ceinture de sécurité. Ainsi, on peut généralement utiliser le siège auto avec des voitures récentes ou bien avec des véhicules plus anciens.

Isofix devient progressivement une solution universelle, et les avantages en terme de sécurité sont clairement indéniables. L’installation est simple, il y a très peu de risques d’erreur, et le siège auto est parfaitement en place, il n’y a aucune chance qu’il se décroche lors d’un impact.

 

siege auto comment choisir

 

Un siège auto pivotant, pourquoi faire ?

Il y a différents types de siège auto pivotant. Certains pivotent à 90°, uniquement pour sortir bébé du véhicule plus facilement. D’autres pivotent à 360°, pour tourner l’enfant vers nous si on le souhaite, ou le sortir par l’autre portière.

C’est plutôt pratique pour mettre en place ou sortir bébé facilement. En revanche, le siège est plus lourd et donc plus difficile à manipuler, ou à changer de véhicule. C’est donc un bon choix lorsqu’on compte laisser le siège en place dans une voiture et qu’on ne le retire pas souvent. Le prix est parfois un frein, puisqu’il faut compter souvent quelques dizaines, voir centaines d’euros en plus pour cette option.

Comment bien utiliser un siège auto ?

Bien choisir son siège auto, c’est déjà une très bonne chose, mais encore faut-il savoir l’utiliser correctement. Il y a quelques règles d’usage à respecter pour que votre enfant soit correctement installé. Voici tout ce qu’il faut savoir pour que bébé soit confortablement assis, tout en étant parfaitement sécurisé.

Comment installer son enfant dans un siège auto ?

En 2015, une étude assez inquiétante, réalisée par Bébé Confort et l’association de Prévention Routière, expliquait que 2 enfants sur 3 n’étaient pas correctement maintenus en voiture. Pire, un enfant sur deux serait en grave danger en cas de collision.

La première chose à intégrer, c’est qu’il n’y a pas de « petites distances », il n’y a que des trajets ! Et pour chaque trajet, l’enfant doit être correctement protégé. Ainsi, même pour faire 50 ou 100 m en voiture, bébé doit être dans le siège auto et correctement attaché.

L’utilisation du harnais

Le harnais est évidemment un élément de protection primordial. Il faut donc le vérifier correctement à chaque fois qu’on installe notre enfant. On va tout d’abord contrôler qu’aucune sangle ne vrille, puis on se concentre sur la hauteur du harnais.

Pour un siège dos à la route, les sangles supérieures doivent être positionnées à la hauteur de l’épaule, ou bien juste en dessus. Lors d’une collision frontale, le corps de l’enfant sera entraîné vers le haut, et ce réglage va empêcher ou diminuer ce déplacement.

À l’inverse pour un siège face à la route, on doit positionner les sangles supérieures à hauteur d’épaule ou juste au-dessus. Dans cette position, lors d’une choc frontal, le corps de l’enfant est projeté vers l’avant, et avec un réglage de ce type, on diminue le mouvement.

L’enfant ne doit pas avoir de manteau sur lui, car une trop grosse épaisseur de tissus aura le même effet qu’un harnais mal serré. La marge qu’offre le manteau à un mouvement peut-être réellement dramatique. Sans le manteau, l’enfant ne bouge pas, avec le manteau, un simple écart de 2 cm peut provoquer un mouvement susceptible de provoquer de graves lésions au niveau du dos. Dans le cas d’un tonneau, l’enfant peut également être éjecté.

Pas de manteau donc, et un contrôle chaque jour pour vérifier que le serrage est optimal. Vous ne devez pouvoir passer que deux doigts maximum entre l’épaule et le harnais. Au-delà, il y a un risque d’éjection.

Le réglage de l’appui-tête

L’appui-tête du siège auto est une protection efficace pour votre enfant, à condition qu’il soit bien réglé. La tête doit être réellement au cœur de la protection, pour être protégée au maximum. Très souvent l’appui-tête se règle en même temps que le harnais. Les deux éléments sont liés.

Cependant, on trouve des sièges auto où il est nécessaire d’ajuster les deux éléments séparément. C’est notamment le cas des sièges auto bouclier, mais également des sièges de groupe 3 avec rehausseur amovible. La tête doit être correctement englobée par l’appui-tête, mais sans bloquer les épaules.

Comment installer un cosy ?

Là encore, même si l’installation d’un siège coque peut sembler plutôt évident, on sait que de nombreux cosys ne sont pas correctement mis en place. Voici donc quelques explications pour ne plus faire d’erreurs au moment de l’installation du siège auto bébé.

Dos ou face à la route ?

Un cosy ne s’installe que dos à la route ! Peu importe que vous posiez le siège auto à l’arrière ou à l’avant, le cosy ne se met en place que dos à la route. J’insiste un peu, car il y a encore régulièrement des parents ou grand-parents, qui installe un cosy face à la route.

À l’arrière ou à l’avant ?

Vous êtes libre d’installer le cosy à l’arrière comme à l’avant. Il n’y pas de réglementation à ce sujet. Cela dit, après de nombreux crash-test, on sait que les places arrières sont plus sûres que la place avant du passager.

Avant d’installer votre petit bout à l’avant, vérifier la possibilité de désactivation de l’airbag. En aucun cas le siège auto ne doit être à l’avant avec un airbag potentiellement actif. En cas de collision, même légère, le déclenchement de l’airbag pourrait s’avérer très dangereux pour l’enfant.

Utilisation d’un rehausseur

Lorsque votre enfant sera plus grand, vous utiliserez un siège auto de groupe 3 adapté à son poids et sa morphologie. Il s’agit d’un rehausseur, qui permet à l’enfant de s’asseoir enfin comme papa et maman, sans que la ceinture ne soit gênante ou dangereuse pour lui. Voici tout ce qu’il faut savoir sur ce siège auto pour les grands.

 

rehausseur pas cher

 

Quand l’utiliser ?

La réglementation en vigueur vous impose d’attendre que votre enfant est atteint 15 kg. Cela dit, il est préférable d’attendre surtout que votre petit champion soit assez mature pour comprendre qu’il doit rester bien en place et ne pas sortir de la ceinture de sécurité, se pencher ou se déplacer un peu trop dans l’habitacle. Nous conseillons d’attendre 18 à 20 kg et au moins 4 ans, avant d’utiliser un rehausseur.

Pour la taille, les rehausseurs sont généralement adaptés à des enfants de 1,10 m. Si vous souhaitez utiliser un rehausseur sans dossier, alors il faut que votre enfant mesure plus de 1,25 m. Cependant, le rehausseur sans dossier n’est pas conseillé, j’explique pourquoi un peu plus bas.

Pourquoi utiliser un rehausseur ? La ceinture n’est-elle pas suffisante ?

Jusqu’à 10 ans, vous n’avez, de toutes façons, pas le choix. Votre enfant doit être sur un siège auto jusqu’à cet âge-là. Ensuite, il faut prendre conscience que les ceintures 3 points sont pensées et conçus, pour les adultes. Elles passent au niveau de l’épaule et du bassin, qui sont des zones solides du corps, afin d’être efficaces, sans être dangereuses.

La ceinture sur un enfant va appuyer lors d’une collision frontale, sur le ventre, le cou ou peut-être les côtes, ce qui peut causer des dégâts importants au corps de notre enfant.

Un rehausseur avec ou sans dossier ?

On trouve des rehausseurs avec dossier et d’autres sans. Toutefois, d’après les nombreux crash-tests effectués par les agences européennes de sécurité routière, les modèles avec dossiers sont largement conseillés.

Il y a plusieurs raisons à cela. La première est que le système sans dossier aura tendance à glisser sous l’enfant plus facilement. La seconde est que le rehausseur sans dossier ne guide pas la ceinture et cette dernière se retrouve alors souvent sous la gorge de l’enfant. À cet endroit, elle est plus dangereuse que protectrice.

Ensuite, le dossier absorbe une partie non-négligeable de l’énergie de l’impact, notamment pendant un choc latéral. Il protège l’ensemble de corps et également la tête de l’enfant, qui subiraient la totalité de la puissance libérée sans le dossier. Enfin, si l’enfant s’endort, alors sa tête reste contre l’appui-tête et pas contre la vitre de l’automobile. En cas d’accident, c’est évidemment bien plus sûr.

Jusqu’à quand utiliser un rehausseur ?

La loi vous impose de placer votre enfant sur un rehausseur jusqu’à 10 ans, et un minimum de 1,35 m. Avant cet âge, le bassin de l’enfant n’est pas complètement solidifié et il ne peut pas supporter la pression d’une ceinture de sécurité. Avant cette taille, l’enfant n’est pas assez grand pour que la ceinture de sécurité se place correctement au niveau de l’épaule.

Ensuite, tout dépend de votre voiture, de la disposition des ceintures et de la possibilité de les régler. À partir de 1,35 m, très souvent, on pourra retirer le rehausseur, mais pour certaines automobiles, il faudra attendre 1,50 m.